Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mystères de la Nuit sous la plume de Char deviennent des évidences qui me laissent complètement désemparée. Souveraine, Elle est la Compagne privilégiée du poète. Laissons-les tous deux, en tête à tête. Mon corps n'aspire qu'au sommeil.

Belle Nuit à tous les poètes au coeur de la nuit.

Artine.

 

Sur une nuit sans ornement

Regarder la nuit battue à mort ; continuer à nous suffire en elle.

Dans la nuit, le poète, le drame et la nature ne font qu’un, mais en montée et s’aspirant.

La nuit porte nourriture, le soleil affine la partie nourrie.

Dans la nuit se tiennent nos apprentissages en état de servir à d’autres, après nous. Fertile est le fraîcheur de cette gardienne !

L’infini attaque mais un nuage sauve.

La nuit s’affilie à n’importe quelle instance de la vie disposée à finir en printemps, à voler par tempête.

La nuit se colore de rouille quand elle consent à nous entrouvrir les grilles de ses jardins.

Au regard de la nuit vivante, le rêve n’est parfois qu’un lichen spectral.

Il ne fallait pas embraser le cœur de la nuit. Il fallait que l’obscur fût maître où se cisèle la rosée du matin.

La nuit ne succède qu’à elle. Le beffroi solaire n’est qu’une tolérance intéressée de la nuit.

La reconduction de notre mystère, c’est la nuit qui en prend soin ; la toilette des élus, c’est la nuit qui l’exécute.

La nuit déniaise notre passé d’homme, incline sa psyché devant le présent, met de l’indécision dans notre avenir.

Je m’empilerai d’une terre céleste.

Nuit plénière où le rêve malgracieux ne clignote plus, garde-moi vivant ce que j’aime.

 

René Char, La bibliothèque est en feu, La Pléiade, p.392

Michael Kenna, Full Moon Rise, Chausey Island, France, 2007.

Michael Kenna, Full Moon Rise, Chausey Island, France, 2007.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0