Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En feuilletant mon La Pléiade, ma main, suspendue un instant, a redécouvert ces mots de Char sur son ami Nicolas de Staël. Ou comment l'âme du poète entre en résonance avec les couleurs du peintre.

Bonne journée à Vous.

© Artine.

 

Nicolas de Staël

 

Le champ de tous et celui de chacun, trop pauvre, momentanément abandonné,
Nicolas de Staël nous met en chemise et au vent la pierre fracassée.
Dans l'aven des couleurs, il la trempe, il la baigne, il l'agite, il la fronce.
Les toiliers de l'espace lui offrent un orchestre.


Ô toile de rocher, qui frémis, montrée nue sur la corde

d'amour !
En secret un grand peintre va te vêtir, pour tous les yeux,
du désir le plus entier et le moins exigeant.


René Char, Nicolas de Staël, 1952 in Recherche de la base et du sommet, II. Alliés substantiels. La Pléiade, p.702.

Nicolas de Staël. Photographe?
Nicolas de Staël. Photographe?

Nicolas de Staël. Photographe?

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :