Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki

L'automne inexorablement ravine l'âme et enterre les absents. Se retourner leurre, construire d'autres lendemains lumineux , enserrer la présence tangible des compagnons fidèles.

Artine.

 

Voici pour Vous ces quelques vers de René Char. Toujours épurés jusqu'à toucher le nerf de la vérité. Belle semaine!

 

 

Récit écourté



Tout ce qui illuminait à l'intérieur de nous gisait maintenant à nos pieds. Hors d'usage. L'intelligence que nous recevons du monde matériel, avec les multiples formes au dehors nous comblant de bienfaits, se détournait de nos besoins. Le miroir avait brisé tous ses sujets. On ne frète pas le vent ni ne descend le cours de la tempête. Ne grandit pas la peur, n'augmente pas le courage. Nous allons derechef répéter le projet suivant, jusqu'à la réalité du retour qui délivrera un nouveau départ de concert. Enserre de ta main le poignet de la main qui te tend le plus énigmatique des cadeaux : une riante flamme levée, éprise de sa souche au point de s'en séparer.

In René Char Effilage du sac de jute Œuvres complètes, La pléiade, p. 619

 

 

 

Une très belle édition enluminée par Zao Wou-Ki existe en Poésie/Gallimard.

 

 

 

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0