Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avant d'être intégré à Fureur et mystère, Seuls demeurent paraît le 24 février avec un argument écrit en 1938 : " L'homme fuit l'asphyxie..." que j'ai mis en ligne plus bas.

A ce propos, cette phrase accroche tout de suite : nous sommes happés par les assonances (mot savant pour désigner la répétition d'un son voyelle, ici, le son "i") et les allitérations (autre mot savant pour désigner la répétition d'un son consonne, ici, le son "f") mais nous sommes entraînés par cette fuite! Où va-t-il cet homme qui fuit?

Pardonnez-moi, je me perds dans mes réfléxions!

Le recueil de Seuls demeurent est divisé en trois parties : " L'avant-monde", "Le visage nuptial" et "Partage formel". Petit oubli réparé en ce premier jour de juin! ;)

René Char le dédicace

" A Raymond Queneau dont les livres me consolent de tant d'êtres et de choses en toute amitié René Char".

Seuls demeurent donne naissance à deux grandes amitiés celle de Braque et de Camus.

Je viens de recueillir ces précieuses informations dans un pavé divin intitulé Char, Dans l'atelier du poète, édition établie par Marie-Claude Char, Quarto Gallimard, 1996.

Artinement vôtre.

 

 

A propos de Seuls demeurent de René Char ...
Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0