Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes pensées pour Vous, en ce début de semaine. Qu'elle Vous soit douce et agréable, le temps nous dévore mais l'essentiel est ailleurs : savoir que nos âmes sont en communion, quelque part. Merci à Vous pour ces extraits.

@ Artine

 

Lever

Exténué de nuit
Rompu par le sommeil
Comment ouvrir les yeux
Réveil-matin

Le corps fuit dans les draps mystérieux du rêve
Toute la fatigue du monde
Le regret du roman de l’ombre
Le songe
où je mordais Pastèque ininterrompue
Mille raisons de faire le sourd

La pendule annonce le jour d’une voix blanche
Deuil d’enfant paresser encore
Lycéen j’avais le dimanche
comme
un ballon dans les deux mains
Le jour du cirque et des amis
Les amis
Des pommes des pêches
sous leurs casquettes genre anglais
Mollets nus et nos lavallières
Au printemps
On voit des lavoirs sur la Seine
des baleines couleur de nuée
L’hiver
On souffle en l’air Buée
A qui en fera le plus
Pivoine de Mars Camarades
Vos cache-nez volent au vent
par élégance
L’âge ingrat sortes de mascarades
Drôles de voix hors des faux-cols
On rit trop fort pour être gais
Je me sens gauche rouge Craintes
Mes manches courtes
Toutes les femmes sont trop peintes
et portent des jupons trop propres
CHAMBRES GARNIES
Quand y va-t-on
HÔTEL MEUBLÉ
Boutonné jusqu’au menton
J’essaierai à la mi-carême
Aux vacances de Pâques
on balance encore
Les jours semblent longs et si pâles
Il vaut mieux attendre l’été
les grandes chaleurs
la paille des granges
Le pré libre et large
au bout de l’année scolaire
la campagne en marge du temps
les costumes de toile clairs
On me donnerait dix-sept ans
Avec mon canotier
mon auréole
Elle tombe et roule
sur le plancher des stations balnéaires
Le sable qu’on boit dans la brise
Eau-de-vie à paillettes d’or
La saison me grise
Mais surtout
Ce qui va droit au cœur
Ce qui parle
La mer
La perfidie amère des marées

Les cheveux longs des flots Les algues
s’enroulent au bras du nageur
Parfois la vague
Musique du sol et de l’eau
me soulève comme une plume

En haut
L’écume danse le soleil
Alors
l’émoi me prend par la taille

Descente à pic
Jusqu’à l’orteil
un frisson court Oiseau des îles
Le désir me perd par les membres
Tout retourne à son élément
Mensonge
Ici le dormeur fait gémir le sommeil
Les cartes brouillées
Les cartes d’images
Dans  le  hall  de  la  galerie  des  Machines  les  mains  fardées  pour  l’amour  les  mannequins  passent  d’un air  prétentieux  comme  pendant  un  steeple-chase Les  pianos  de  l’Æolian  Company  assurent  le  succès  de  la  fête  Les  mendiants  apportent  tout  leur  or  pour  assister  au  spectacle  On  a  dépensé  sans  compter  et  personne  ne  songe  plus  au  lendemain  Personne  excepté  l’ibis  lumineux suspendu  par  erreur  au  plafond
en guise de lustre
La lumière tombe d’aplomb sur les paupières
Dans la chambre nue à dessein
DEBOUT
L’ombre recule et le dessin du papier
sur les murs
se met à grimacer des visages bourgeois
La vie
le repas froid commence
Le plus dur              les pieds sur les planches
et la glace renvoie une figure longue
Un miracle d’éponge et de bleu de lessive
La cuvette et le jour
Ellipse
qu’on ferme d’une main malhabile
Les objets de toilette
Je ne sais plus leurs noms
trop tendres à mes lèvres
Le pot à eau si lourd
La houppe charmante

Le prestige inouï de l’alcool de menthe
Le souffle odorant de l’amour

Le miroir ce matin me résume le monde
Pièce ébauchée
Le regard monte
et suit le geste des bras qui s’achève en linge
en pitié
Mon portrait me fixe et dit Songe
sans en mourir au gagne-pain
au travail tout le long du jour
L’habitude
Le pli pris
L’habit gris
Servitude
Une fois par hasard
regarde le soleil en face
Fais crouler les murs les devoirs
Que sais-tu si j’envie être libre et sans place
simple reflet peint sur le verre
Donc écris
A l’étude
Faux Latude
Et souris

que les châles
les yeux morts
les fards pâles
et les corps
n’appartiennent
qu’aux riches
Le tapis déchiré par endroits
Le plafond trop voisin
Que la vie est étroite
Tout de même j’en ai assez
Sortira-t-on              Je suis à bout
Casser cet univers sur le genou ployé
Bois sec dont on ferait des flammes singulières
Ah taper sur la table à midi
que le vin se renverse
qu’il submerge
les hommes à la mâchoire carrée
marteaux pilons
Alors se lèveront les poneys
les jeunes gens
en bande par la main par les villes
en promenade
pour chanter
à bride abattue à gorge déployée
comme un drapeau

la beauté la seule vertu
qui tende encore ses mains pures

 

Louis Aragon, Feu de joie.

Une illustration du livre Feu de joie pour la jeunesse. Nathalie Novi pour les illustrations.

Une illustration du livre Feu de joie pour la jeunesse. Nathalie Novi pour les illustrations.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0