Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai emprunté ce Prénom à la suite de la lecture d'un recueil de René Char. Je vous en propose quelques extraits.

 

@Artine.

 

Artine

1930

Au silence de celle qui laisse rêveur.

 

 

 

 

Les apparitions d’Artine dépassaient le cadre de ces contrées du sommeil, où le pour et le pour sont  animés d’une égale et meurtrière violence. Elles évoluaient dans les plis d’une soie brûlante peuplée d’arbres aux feuilles de cendre.

Quelquefois une manœuvre maladroite faisait tomber sur la gorge d’Artine une tête qui n’était pas la mienne. L’énorme bloc de soufre se consumait alors lentement sans fumée, présence en soi et immobilité vibrante.

Le livre ouvert sur les genoux d’Artine était seulement lisible les jours sombres. A intervalles irréguliers les héros venaient apprendre les malheurs qui allaient à nouveau fondre sur eux, les voies multiples et terrifiantes dans lesquelles leur irréprochable destinée allait à nouveau s’engager.

 

René Char, Artine, in Le Marteau sans maître, La Pléiade, p18-19.

Des sculptures de lectrices: La lectrice au canapé livre./ La lectrice. (bronze) Faby sculptrice.
Des sculptures de lectrices: La lectrice au canapé livre./ La lectrice. (bronze) Faby sculptrice.

Des sculptures de lectrices: La lectrice au canapé livre./ La lectrice. (bronze) Faby sculptrice.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0