Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos paroles sont lentes à nous parvenir, comme si elles contenaient, séparées, une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ; ou mieux, comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, se mettant en joue, il leur était interdit de s’élancer et de se joindre. Notre voix court de l’un à l’autre ; mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré, la tire à lui, la retient, l’interroge. Tout est prétexte à la ralentir.

Souvent je ne parle que pour toi, afin que la terre m’oublie.

 

 

Après le vent c’était toujours plus beau, bien que la douleur de la nature continuât.

 

 

René Char, Lettera amorosa, Poésie Gallimard, p. 33.

Photographie d'Henry Clarke. Bar Du Soleil, July 1961 - The Vogue Collection.

Photographie d'Henry Clarke. Bar Du Soleil, July 1961 - The Vogue Collection.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0