Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je poursuis ma lecture de ce recueil, étonnant de pureté et de gravité. Je prends mon temps et vous livre les premières pages. J'espère que vous serez séduit à votre tour mais aussi intrigué.

Artine.

 

DÉDICACE

NON E GIA PART’IN VOI CHE CON FORZ’ INVICIBLE D’AMORE TUTT’ A SE NON MI TRAGGA

Monteverdi

                                                                                                                                                                           LETTERA AMOROSA

Temps en sous-œuvre, années d'affliction …
Droit naturel ! Ils donneront malgré eux une nouvelle fois
l'existence à l'Ouvrage de tous les temps admiré.
Je te chéris. Tôt dépourvu serait l'ambitieux qui resterait incroyant
en la femme, tel le frelon aux prises avec son habileté de moins en
moins spacieuse. Je te chéris cependant que dérive la lourde pinasse
de la mort.
« Ce fut, monde béni, tel mois d'Éros altéré, qu'elle illumina le
bâti de mon être, la conque de son ventre : je les mêlai à jamais. Et
ce fut à telle seconde de mon appréhension qu'elle changea le sentier
flou et aberrant de mon destin en un chemin de parélie pour la
félicité furtive de la terre des amants. »

 

René Char, Lettera amorosa, Poésie Gallimard, p. 9-10

René Char, Dédicace, Lettera amorosa.
Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0