Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La Fleur rouge

 

A la place du ciel
Je mettrai son visage
Les oiseaux ne seront
Même pas étonnés


Et le jour se levant
Très haut dans ses prunelles
On dira « Le printemps
Est plus tôt cette année »

Beaux yeux, belle saison
Vivier de lampes claires
Jardins qui reculez
Sans cesse l'horizon

On fait déjà les foins
Le long de ses paupières
Les animaux peureux
Viennent à la maison

Je n'ai jamais reçu
Tant d'amis à ma table
Il en vient chaque jour
De nouvelles étables

L'un apporte sa faim
Un autre la douleur
Nous partageons le peu
Qui reste tous en chœur

Qu'un enfant attardé
Passe la porte ouverte
Et devinant la joie
Demande à me parler

Pour le mener vers moi
Deux mains se sont offertes
Si bien qu'il a déjà
Plus qu'il ne désirait

La chambre est encombrée
De rivières sauvages
Dans le foyer s'envole
Une épaisse forêt


Et la route qui tient
En laisse les nuages
Traîne sa meute d'or
Jusque sous les volets

Tous les fruits merveilleux
Tintent sur son épaule
Son sang est sur ma bouche
Une flûte enchantée


Je lui donne le nom
De la première enfance
De la première fleur
Et du premier été.

René Guy Cadou, La Fleur rouge, Hélène ou le règne végétal, © Seghers, 1952 (141)

Une Fleur rouge.

Une Fleur rouge.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0