Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fois, au hasard de mes divagations sur la toile, je viens de trouver ce poème et cette photographie. Belle rencontre, ne trouvez-vous pas?

 

Artine.

La harpe de madame de Genlis.

 

Comtesse aux yeux dorés, je l’ai toujours connue
Cette harpe ; elle était près de votre portrait,
Chez mon père ; et, déjà, sa langueur ingénue
Faisait un peu semblant de garder un secret.

Cette harpe, elle avait orchestré votre vie ;
Et, confidente d’un roman cher et fatal,
Elle savait si votre fille Pulchérie,
Par les soins de l’amour, avait du sang royal ?

Cette harpe, elle avait, sur ses cordes légères,
Conservé tous les noms des danseurs éphémères
Qui vous environnaient d’un éternel désir ;

Et, quand on la regarde, on croit parfois entendre
Un arpège qui va, silencieux et tendre,
De vos premiers serments à vos derniers soupirs.

 

Rosemonde GÉRARD ROSTAND, "Féeries".

Horst P. Horst, Lisa With Harp, 1939. (Modèle, Lisa Fonssagrives).

Horst P. Horst, Lisa With Harp, 1939. (Modèle, Lisa Fonssagrives).

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0