Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai souvent le même problème avec René Char lorsque le recueil me plaît. Il me faut trouver un extrait, choisir un poème et comme j'ai beaucoup de mal à me décider, je sélectionne le recueil en entier. Shame on me!

Artine.

 

Le cœur soudain privé, l’hôte du désert devient presque
lisiblement le cœur fortuné, le cœur agrandi, le diadème
.      

 

Je n'ai plus de fièvre ce matin. Ma tête est de nouveau claire et vacante, posée comme un rocher sur un verger à ton image. Le vent, qui soufflait du Nord hier, fait tressaillir par endroits le flanc meurtri des arbres.

 

Je sens que ce pays te doit une émotivité moins défiante et des yeux autres que ceux à travers lesquels il considérait toutes choses auparavant. Tu es partie mais tu demeures dans l'inflexion des circonstances, puisque lui et moi avons mal. Pour te rassurer dans ma pensée, j'ai rompu avec les visiteurs éventuels, avec les besognes et la contradiction. Je me repose comme tu assures que je dois le faire. Je vais souvent à la montagne dormir. C'est alors, en vérité, qu'avec l'aide d'une nature à présent favo­rable, je m'évade des échardes enfoncées dans ma chair, vieux accidents, âpres tournois.

 

Pourras-tu accepter contre toi un homme si hale­tant?

René Char, Lettera amorosa, Poésie Gallimard, p. 13-14.

 

Illustrations de Georges Braque.Illustrations de Georges Braque.

Illustrations de Georges Braque.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0