Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me voici de bon matin avec Char, encore et toujours. Il ne me quitte pas un seul instant. Un véritable coup de foudre entre lui et moi. Je me souvenais bien des premiers vers : " A la seconde où tu m'apparus, mon coeur eut tout le ciel pour l'éclairer". Ce vers me donne le frisson à chaque fois comme si j'allais lire un nouveau poème, non que celui-ci ne me convienne pas, mais je le redécouvre à chaque fois. Magie de Char, magie de la lecture.

Belle journée à Vous, ce soir, c'est le week end. Profitez-en pour Vous aérer, Vous ressourcer en buvant du thé, en regardant le ciel, en sautant à pieds joints par-dessus les nuages... A Vous!

@ Artine.

 

[Le météore du 13 août]
 
A la
seconde où tu m'apparus, mon cœur eut tout le ciel pour
l'éclairer. Il fut midi à mon poème. Je sus que l'angoisse dormait.
 
[
Novae]
 
Premier
rayon qui hésite entre l'imprécation du supplice et le magnifique amour.
 
L'optimisme des philosophies ne nous est plus suffisant.
 
La
lumière du rocher abrite un arbre majeur. Nous nous avançons vers sa visibilité.
 
Toujours plus larges fiançailles des
regards. La tragédie qui s'élabore jouira même de nos limites.
 
Le danger nous ôtait toute mélancolie. Nous parlions sans nous regarder. Le
temps nous tenait unis. La mort nous évitait.
 
Alouettes de la nuit,
étoiles qui tournoyez aux sources de l'abandon, soyez progrès aux fronts qui dorment.
 

J'ai sauté de mon lit bordé d'aubépines. Pieds nus, je parle aux enfants.

 
 

[La lune change de jardin]
 
Où vais-je égarer cette fortune d'excréments qui m'escorte comme une
lampe ?
 
Hymnes provisoires ?
Hymnes contredits !
 
Folle, et, à la nuit, lumières obéissantes.
 
Orageuse liberté dans les langes de la foudre, sur la souveraineté du vide, aux petites
mains de l'homme.
 
Ne t'étourdis pas de
lendemains. Tu regardes l'hiver qui enjambe les plaies et ronge les fenêtres, et sur le porche de la mort, l'inscrutable torture.
 
Ceux qui dorment dans la laine, ceux qui courent dans le froid, ceux qui offrent leur méditation, ceux qui ne sont pas ravisseurs faute de mieux, s'accordent avec le
météore, ennemi du coq.
 
Illusoirement, je suis à la fois dans mon âme et hors d'elle, loin devant la vitre et contre la vitre, saxifrage éclaté. Ma convoitise est infinie. Rien ne m'obsède que la
vie.
 
Etincelle nomade qui meurt dans son incendie.
 
Aime riveraine. Dépense ta vérité. L'herbe qui cache
l'or de ton amour ne connaîtra jamais le gel.
 
Sur cette terre des périls, je
m'éveille de l'idolâtrie de la vie.
 
Que ma présence qui vous cause énigmatique malaise, haine sans rémission, soit météore dans
votre âme.
 
Un chant
d'oiseau surprend la branche du matin.

 

René Char, Fureur et mystère, La Pléiade, p. 268-270.

André Kohn, Not her.

André Kohn, Not her.

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0